raison-freiner-ecriture-journal
Vanessa
Vanessa

7 freins qui t’empêchent d’écrire ton journal

Écrire un journal, c’est pour les adolescentes en quête de libération émotionnelle. C’est une croyance qui circule. Mais elle est fausse. Il n’y a pas d’âge pour écrire un journal.

Écrire son journal, ce n’est pas simplement raconter sa journée sur les feuilles blanches de ton carnet. Ce n’est pas faire des petites fleurs dans la marge pour illustrer la page. Écrire son journal, c’est se donner la peine de révéler ses émotions au travers des mots et de découvrir ton histoire.

Prendre sa plume pour la faire glisser sur le papier demande du courage. Parce qu’outre les émotions qui vont être révélées, l’histoire ainsi contée sera révélatrice de ta part inconsciente.

Voici les 7 raisons qui freinent ton écriture personnelle :

Les freins qui t'empechent d'écrire ton journal

1. Tu n’as pas de temps pour écrire ton journal

Écrire ton journal ne demande pas un investissement énorme en temps. Si tu consacres 10 ou 15 minutes par jour à l’écriture de ton journal de vie, c’est déjà super.

Dans cette vie qui va trop vite, je comprends tes freins à t’imposer une rigueur d’écriture. Mais si tu cherches bien dans ton agenda, je suis certaine que tu trouveras bien 10 minutes chaque jour pour écrire quelques mots.

Prendre du temps pour toi, c’est aussi te respecter en tant que personne, dans ton corps physique, émotionnel et mental.

2. Tu ne sais pas écrire correctement

Ton journal va-t-il être lu et jugé par un professeur ? À priori, non.
Donc pas de crainte à avoir. Écris comme tu veux et surtout, comme tu peux.

Je conseille toujours d’écrire sans prendre en considération la syntaxe, la grammaire ou l’orthographe. Parce que ce qui compte vraiment, dans une première approche, c’est ce qui sort de toi, ce que tu libères comme émotions lorsque tu écris. D’ailleurs, pour te libérer, tu dois écrire sans t’arrêter ni te relire, donc les fautes sont tout à fait excusées. 

Ne sois pas trop dure avec toi.
Alors, aucune excuse pour te lancer.

En seconde intention, lorsque le travail de libération est fait, tu peux relire ton texte pour corriger les fautes. Cela amplifie le lien aux émotions et la reconnexion à soi.

Pourquoi ? Car on met du beau dans son histoire.

3. Tu ne sais pas quoi écrire

En voilà une vraie raison.
Mais désolée, elle n’est toujours pas légitime pour ne pas te lancer.

Tu manques d’inspiration ?

Laisse-moi te dire une chose : tu n’en as pas besoin. Tu n’es pas en train d’écrire un roman. Tu te connectes avec ton âme pour te révéler.

Qu’écrire dans son journal ?

L’acte d’écriture est un acte libératoire pour faire tomber les barrières conscientes et pour autoriser les émotions originelles à émerger.

L’écriture ayant une valeur symbolique, je comprends ta crainte de ne pas savoir quoi écrire dans ton journal. Mais n’aies pas peur, car les techniques d’écriture imposées facilitent la prose.

Si tu ne sais pas comment commencer ? Tu peux entamer la narration factuelle de tes journées. Qu’as-tu fait ? Quelles émotions as-tu ressenties ? Comment as-tu affronté telle ou telle situation ? Ces mises en situation racontées par écrit vont t’inspirer pour laisser émerger de toi des mots inattendues et des libérations émotoinnelles parfois surprenantes.

Et si tu veux aller plus loin, rejoins les ateliers en ligne mensuels et thématiques qui te permettront d’explorer ta part intérieur.

4. Tu as peur de ce que tu vas découvrir dans tes écrits

Écrire est un acte de révélation.

Lorsque tu couches certains mots sur papier, ils font revenir à toi certains souvenirs enfouis. Cela effraie, car c’est une réelle sortie de zone de confort.

Pour aller mieux, il est essentiel de passer par une période de souffrance pour la reconnaître et la transformer par les mots.

Ta peur est légitime.
Néanmoins, c’est en l’écrivant que tu pourras la surmonter.

Et pourquoi n’écrirais-tu pas sur cette peur ?

5. Tu te lasses dans ce rituel d’écriture

Peut-être as-tu commencé à écrire, mais au bout de 5 jours, tu as laissé tomber.

Tu sais pourquoi ?

Parce que tu n’as pas osé aller en profondeur. Tu es resté dans le superficiel d’une vie de faits. Tu as certainement posé les mots pour raconter des histoires, mais tu n’as pas osé y mettre tes émotions.

Sais-tu qu’il existe plusieurs exercices d’écriture ? Avec des objectifs différents, ces exercices pourront t’aider à ne pas tomber dans la lassitude.

De la lettre primitive, à l’écriture fantasmatique ou encore la lettre à son enfant intérieur, les techniques sont là pour éviter ton ennui. Elles t’aident aussi à aller toujours plus en profondeur à la recherche de ta révélation intérieure.

6. Tu as peur que quelqu’un découvre ton journal

Pourquoi as-tu peur de révéler tes écrits ? Peur du jugement ? De la critique ?

Pour éviter de vivre ces émotions de rejet, tu t’auto-censures et tu caches tes écrits. Finalement, tu t’interdis de guérir, car tu t’interdis d’être aimée pour qui tu es vraiment.

Si tu as encore besoin d’un peu de temps pour révéler tes écrits : une seule option s’offre à toi : cache ton journal.

Mais avant tout, essaie de communiquer avec ton entourage. 
Explique-leur l’importance pour toi de garder ton jardin secret pour créer ta bulle et ton univers.

7. Tu ne crois pas aux bienfaits de l’écriture

Lorsque tu écris, tu entres en résonnance avec ton âme.

Tente l’expérience, car tant que tu n’auras pas essayé, tu ne pourras pas valider. Enlève tes barrières, libère tes chaînes et lâche prise sur le système. Tu verras, les résultats sont incroyables pour libérer ton être de la lutte intérieeur que nous vivons tous. 

Ta main qui rédige n’est que le moteur de ton esprit. Pas besoin d’inspiration, mais juste une autorisation à te connecter à ton toi profond.

Lorsque tu écris, tu rétablis l’équilibre et donc, tu prends soin de ton énergie vitale. Et par-là même, de ta santé.

Je te propose une expérience :

Remémore-toi une expérience, un moment de vie. Écris-là avec tes mots, et laisse les souvenirs remonter.
Autorise-toi à dévoiler des détails, dont peut-être tu n’avais plus conscience.
Ne te censures pas.
Petit à petit, au fil de ton récit, tu vas revivre la situation en profondeur, avec ton âme.
Alors que ton esprit conscient avait une vision de l’histoire, ton inconscient avait enregistré plus de choses.
En les écrivant, tu te laisseras surprendre par des souvenirs enfouis et peut-être des émotions refoulées.

Écrire, c’est prendre soin de soi.
C’est accueillir du temps et créer une bulle rien que pour toi.
Mais c’est aussi une invitation à t’aimer, à regarder à l’intérieur de toi et à libérer les pensées ou les ancrages toxiques. 

Ne laisse pas les freins t’empêcher d’avancer dans ta vie, dans ta santé et ton développement personnel.

 

Vanessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *